Actualités

Des petits yogis à l’école : une expérience pleine de promesses

Petits yogisLe projet de yoga avec des enfants que j’ai mené à l’École Sainte-Marie Fraternité est achevé. Voici une synthèse du rapport sur ce projet.

Né d’une volonté de partager le yoga avec des enfants, le projet s’est déroulé de janvier à juin 2013, avec des élèves de troisième maternelle, dans une école « à discrimination positive » située dans un quartier défavorisé de Schaerbeek (commune bruxelloise). Une fois par semaine, ces enfants ont pu vivre le yoga au cours d’une séance de trois quarts d’heure, qui était intégrée au programme scolaire.

Le projet visait, d’abord, à décrire une expérience vécue et, sans enfoncer des portes ouvertes, à confirmer, par cette expérience, l’influence bénéfique du yoga sur le développement physique et psycho-émotionnel des enfants ainsi que sur leur comportement à l’école, en particulier sur leur concentration.

Ensuite, il s’agissait, à partir de cette expérience relativement courte (six mois) effectuée dans un contexte particulier, de dégager un fil conducteur pédagogique pour l’enseignement du yoga à des enfants.

J’ai effectué une analyse qualitative de cette expérience fondée sur plusieurs éléments : mon vécu des séances de yoga et les notes que j’ai prises au fur et à mesure de l’évolution du projet, les réponses à un questionnaire qui était destiné à l’institutrice et qui portait sur le comportement des enfants avant et après chaque cours de yoga, les échanges verbaux que j’avais régulièrement avec l’institutrice, le rapport que celle-ci a rédigé à l’issue du projet et le bilan tiré avec la directrice de l’école à la fin du projet.

À ma grande joie, il est ressorti de l’expérience que le yoga a eu une influence bénéfique sur les enfants tant sur le plan physique que sur le plan psycho-émotionnel. Au départ, les enfants étaient en assez mauvaise condition physique, surtout compte tenu de leur âge, et, comme nombre d’enfants actuellement, ils étaient dispersés et ils avaient du mal à se concentrer. Au fur et à mesure du projet, les petits yogis ont gagné en souplesse et en agilité. Ils sont devenus plus conscients de leur corps et de leurs déplacements dans l’espace. Ils ont appris à mieux coordonner leurs mouvements. Les progrès physiques très perceptibles de l’extérieur et très palpables de leur point de vue leur ont permis de jouir d’une plus grande confiance en eux. Ils ont compris que vivre intensément n’était pas synonyme de vitesse. Ils ont appris à ralentir ; ils ont ainsi pu apprécier la détente et le plaisir d’agir en pleine conscience. La pratique dans la lenteur d’un seul mouvement à la fois sur le tapis a été vécue petit à petit dans le quotidien. La concentration et la faculté d’attention des enfants ont été améliorées, non seulement pendant les séances, mais aussi, au delà de la pratique, en classe.

Sur le plan pédagogique, l’expérience a clairement mis en évidence deux concepts clés : rigueur et improvisation. Premièrement, il s’agit de garder en tête le fil rouge – amener les enfants à davantage de conscience – et de créer une suite structurée de séances allant dans cette direction. Deuxièmement, il importe de s’adapter à ce public complètement imprévisible et de ne pas saper la créativité, la spontanéité et la joie des enfants. Il faut donc être à leur écoute tout en les aidant à se rendre compte que bien-être et discipline ne sont pas contradictoires.

→ Voir la galerie d’images

Actualités

Lettre d’information